Artisans, ces passeurs de savoir-faire et de fraternité – Nature sans frontières – Fréquence Terre

By Pierre Guelff

Dirk Bourguignon, maître coutelier, forgeron et co-fondateur de la Guilde de la Forge d’Ostiches, au micro de Pierre Guelff.

Artisans au travail lors de la Rencontre internationale de la Coutellerie.

Ostiches, charmant village à une quarantaine de kilomètres de la frontière belgo-française, allie harmonieusement le patrimoine à l’artisanat en organisant, entre autres, la Fête du Moulin[1], la Rencontre internationale[2] de la Coutellerie. L’occasion pour  » Fréquence Terre d’aller aussi à la rencontre de ces artisans soucieux de transmettre leur savoir-faire et de perpétuer des traditions fraternelles séculaires, comme nous l’explique Dirk Bourguignon, maître coutelier, forgeron et co-fondateur de la Guilde de la Forge[3].

– Historiquement, il y eut une initiative dans le village consistant à restaurer un moulin à vent (XVIIIe siècle) racheté par la Ville d’Ath. Est né un comité composé de plusieurs meuniers, qui déboucha sur un deuxième projet : la remise en marche de la Forge d’Ostiches. Au départ, je n’étais pas très enthousiaste et puis, en me liant d’amitié avec Paul et Pascal, je ne pus ignorer l’existence de cette forge historique située derrière l’église du village. Il fallait, donc, préserver ce patrimoine et, à présent, je l’anime dans un esprit de bonne volonté et, en plus, c’est finalement une heureuse initiative pour le métier à laquelle je coopère depuis des années.

Moulin blanc du XVIIIe siècle magnifiquement restauré en 2000.

  • Association, formations, démonstrations, Rencontre internationale de Coutellerie qui, en 2018, en est à sa dixième édition… sont donc le magnifique résultat d’une harmonie entre métier et patrimoine !

Dirk Bourguignon : transmettre en encourageant à persévérer !

Ce genre d’événement réunit des couteliers de métier et des gens qui ont cette activité comme hobby. Ils proviennent parfois de loin (Caucase, Tchétchénie, Russie…) pour nous apporter leurs connaissances et une certaine diversification. Des Français nous aident et soutiennent également, nous Néerlandophones et Francophones de Belgique, tous réunis.

  • J’ai l’impression que votre association développe les principes du Compagnonnage, c’est-à-dire, excellence du métier et fraternité universelle…

La noblesse du geste de l’artisan.

  • Nous sommes tous des artisans qui travaillons de nos mains à la fabrication de couteaux utilisés par des chasseurs, cuisiniers, collectionneurs… Nous avons créé une Guilde qui, historiquement, est toujours liée à une ville. Nous enseignons et demandons à nos élèves de réaliser des pièces d’épreuves afin d’acquérir la maîtrise. C’est un long chemin dans lequel on apprend à se connaître et on vit une aventure humaine avec une fraternité qui tire les uns vers les autres vers le haut. Nous passons donc la connaissance du métier et il n’y a pas de  » secret relevant de celui-ci mais des techniques qui réclament un certain enseignement de notre part. On ne peut pas construire un building si on ne sait pas maçonner ! Dans cet apprentissage transmis, nous ne voulons pas décourager les élèves mais, au contraire, les encourager à persévérer !

[1] Week-end du premier dimanche de juillet.

[2] 12 et 13 mai 2018.

[3] www.forge-ostiches.be

Cet article Artisans, ces passeurs de savoir-faire et de fraternité est apparu en premier sur Fréquence Terre.

Source:: Pierre Nature Sans Frontières

This entry was posted in Pierre Guelff and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.